Ludovic DOUHARD

Chef de projet digital

Municipales 2020 : ces communes qui ne sont pas numériques

Aujourd’hui, de nombreuse communes n’ont pas encore pris le réflexe de la communication digitale. Pour certaines d’entre elles ce mode d’interaction avec les électeurs semble même totalement étranger. A l’approche des élections municipales de mars 2020 le constat est sans appel :  beaucoup de communes n’ont pas pris le virage du numérique et se retrouvent sans site internet ou bien avec des sites vieillissants et totalement obsolètes. Il en va de même pour les réseaux sociaux.

État des lieux

En 2018, une étude de Franck Confino, consultant numérique, dévoilait que 41% des villes de 1 à 20 000 habitants possédaient un site internet et 9% seulement ont un compte sur au moins 1 réseau sociale.

Même si la moyenne d’âge des communes extra-urbaines et rurales reste plus élevée que dans les grandes agglomérations, l’utilisation des smartphones, des tablettes et des ordinateurs par les plus jeunes quant à elle ne cesse d’augmenter.

1.    Penser mobile

L’une des premières choses à prendre en considération dans le cadre de la communication digitale pour une commune c’est l’utilisation qui est faite des appareils mobiles. D’ici à 2025 plus de 70% de la navigation web se fera depuis un téléphone ou une tablette. L’arrivée dans les prochains mois de la 5G devrait favoriser davantage l’utilisation des appareils mobiles. Les collectivités devront donc suivre le mouvement et adapter leurs sites internet dans le but de rendre accessible l’information en tous lieux et en tout temps.

2.    Penser partage

L’un des aspects de la communication c’est également le fait de pouvoir partager. Les communes restent les premiers vecteurs de la communication de proximité et représentent un acteur privilégié dans la diffusion de l’information auprès de la population. Il peut ainsi être intéressant pour une mairie de s’abonner aux comptes réseaux sociaux d’autres entités et d’en partager le contenu (ex : gendarmerie, police, pompiers, météo France, autres communes etc…)

En plus de ce contenu prêt à l’emploi, il est alors facile de diffuser des informations de proximité intéressant les administrés (ex : pharmacie de garde, travaux sur la commune, festivités etc…)

Tous ces aspects ne sont pas à négliger et doivent être pris en considération afin de rendre crédible la communication.

3.    Assurer sa crédibilité pour attirer l’attention

Ce point revêt son importance car de nos jours, de nombreux administrés recherchent l’information sur internet. Ils sont sensibles aux avis sur lesquels ils se basent très souvent pour les aider dans leur prise de décision. Il en va de même pour les entreprises. 

Une communication maîtrisée permettra d’attirer des nouveaux habitants en montrant que la commune est active et attrayante. 

Les entreprises elles aussi, si elles sont valorisées donneront envie à d’autres entreprises de venir investir dans la commune et ainsi créer des emplois. 

En conclusion

Même si 10% de la population rurale reste pour le moment en zone blanche, il est important pour les villes de taille moyenne d’entrer de plain pied dans la communication digitale à l’aube des élections de mars 2020. Cela leur permettra plus que jamais d’assurer une proximité avec les administrés et de partager des valeurs renforçant les liens intergénérationnels.